Cinéma

Publié le par STÉPHANE'S BLOGS

« Boys like us », « Hippocrate », « Métamorphoses »: Les sorties ciné de la semaine
Publié par

Notre sélection des sorties ciné de la semaine. 

Cinéma

« Boys like us »

Rudolf, à la veille de vacances au Portugal avec son petit ami, se fait plaquer. En plein milieu d’un centre commercial. Un choc pour ce garçon plutôt lunaire et romantique. Cette rupture est un électrochoc. Il décide de tout plaquer pour repartir dans les montagnes autrichiennes, la région d’où il vient. Passé la surprise de cette décision, ses deux inséparables amis, Gabriel et Nicolas, décident de le suivre. Un voyage, en forme de road movie qui changera pour toujours le trio d’amis. Boys like us tranche sur le tout-venant de la production cinéma LGBT. Assez inclassable, c’est à la fois un drame, une comédie, un conte et une fable où le cinéaste Patric Chiha peint un tableau aussi tendre, foutraque qu’acide de l’amitié homosexuelle ou compagnonnage ludique, délires adolescents et questions existentielles se téléscopent au cœur d’un trio masculin aussi attachant que désaccordé. Mais plein de questionnements intimes. La réussite du projet vient évidemment de la très belle alchimie entre les comédiens (qui viennent du théâtre et ne sont pas des « têtes d’affiche »). Très soigné visuellement, Boys like us met en avant deux autres trouvailles, la montagne. Ou l’Autriche, pays auquel Patric Chiha est très lié, nation aussi rétrograde et réactionnaire que connue pour sa contre-culture. Un vrai OVNI dans l’univers du ciné LGBT.

Un film de Patric Chiha avec Florian Carove, Raphaël Bouvet et Jonathan Capdevieille. 1 h 30. Comédie.

 

« Hippocrate »

Après les excellents Party Girl, Les combattants et avant Gemma Bovery ou Elle l’adore, le cinéma français poursuit sa rentrée excitante avec Hippocrate, le second long de Thomas Lilti, une œuvre découverte aussi à Cannes. Ou il replonge dans son passé récent de médecin. Alimenté aux codes des Urgences et autres Docteur House, la plongée dans le milieu médical a été pas mal abandonnée par le cinéma français. Le cinéaste Thomas Lilti ne propose ici ni un brûlot, ni un délire potache sur cet univers. Juste un regard simple et sensible sur le monde de l’hôpital à travers les yeux d’un jeune médecin qui débarque avec ces incertitudes et ses angoisses. Il s’attache au réalisme de son sujet, soigne ses dialogues, filme certaines scènes comme un documentaire et rend compte de l’aspect hétéroclite des lieux en multipliant les ambiances. La distribution est d’une très haute tenue. Avec l’excellent Reda Kateb qui apporte toujours à ses rôles une belle intelligence et une profondeur de jeu délicate.

Un film de Thomas Lilti avec Vincent Lacoste, Reda Kateb et Felix Moati. Drame. 1 h 41

 

« Métamorphoses »

On a peu trop tendance à résumer Christophe Honoré à ses films cultes comme Les chansons d’amour, 17 fois Cécile Cassard, Dans Paris. Sans oublier le trop méconnu Les bien-aimés. Des bijoux de délicatesse et de subtilité avec toujours un vrai talent à transcender ses comédiens. Il fait ici un pari assez improbable : adapter un livre d’Ovide. Une fable, qui comme le dit l’affiche, voit se rencontrer des femmes, des hommes et des dieux. Ou une relecture très libre de la mythologie grecque où les dieux sont fascinés par l’humanité. Avec amour, calcul ou violence. Christophe Honoré choisit un cadre ultra contemporain pour ce périple qui déroutera sûrement beaucoup de spectateurs. Il fait de vrais choix esthétiques et scénaristiques qui risquent de décontenancer. Le film va au-delà de son titre et « métamorphose » aussi son scénario et ses comédiens (tous inconnus). Il y a un culot, un ton unique qui le distingue dans l’offre récente du cinéma. L’exercice en tout cas vaut le détour pour son jusque-boutisme.

 

Un film de Christophe Honoré avec Amira Akili, Sébastien Hirel et Mélodie Richard. Drame. 1 h 42

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :