Télévision

Publié le par STÉPHANE'S BLOGS

Douleur et gloire: Leonardo Sbaraglia, Asier Etxeandia

Douleur et gloire: Leonardo Sbaraglia, Asier Etxeandia

« Douleur et gloire »

Film Drame, Espagne, France, 2019, 1h53

- 10

Diffusé aujourd'hui à 21h05 sur ARTE

Mal en point et solitaire, un cinéaste décide de renouer avec son passé... L’autoportrait poignant et stylisé d’Almodovar, qui valut à son alter ego Antonio Banderas un prix d’interprétation à Cannes.

Incapable de tourner en raison de migraines, lombalgies, étouffements ou acouphènes, Salvador, un cinéaste en vue, se cloître chez lui et se remémore sa jeunesse : sa vie pauvre au village dans une habitation troglodytique, avec pour seul horizon social l’entrée au séminaire. Il repense à ses relations orageuses et tendres avec Jacinta, sa mère, et à son premier désir pour Eduardo, le maçon analphabète qui les aidait à retaper leur masure. À l’occasion de la restauration par la cinémathèque de Savor, un chef-d’œuvre de jeunesse, il tente, après une brouille de trente-deux ans, une réconciliation avec Alberto, la vedette héroïnomane du film. À son contact, il entre dans une spirale de dépendance aux opiacés…

Alchimie

Confession retorse d’un homme de cinéma, cet autoportrait repose, tel un splendide concerto, sur trois mouvements : vérité nue, brouillage des pistes et incarnation. Pedro Almodóvar revient sur sa jeunesse, ses amours tragiques, son rapport torturé au corps et celui, non moins malaisé, et passionné, à sa mère. Il ne s’épargne pas, se portraiturant en cinéaste renfermé, oisif, solitaire et perclus de douleurs, embaumé dans un appartement inspiré du sien, à la fois artistement décoré et d’une froideur mortifère. Une mise à nu tempérée par divers prismes artistiques. Passés au tamis de la création, les aveux de Pedro/Salvador se muent en monologue théâtral ou en littérature. Les souvenirs d’enfance deviennent une scène de film au décor étudié. Tandis qu’Antonio Banderas joue le rôle d’Almodóvar, un autre acteur, Asier Etxeandia, interprète le sien. Marqué dans sa chair par une crise cardiaque, Banderas livre une prestation magistrale, nourrie de sa vulnérabilité nouvelle, d’un physique toujours avantageux mais moins alerte, qu’il livre avec confiance à la caméra, contenant l’émotion (suivant ainsi l’injonction de Pedro/Salvador : "Tu dois fuir tout sentimentalisme !"), et la laissant déborder au moment opportun. Après un froid de vingt ans, Banderas et Almodóvar s’étaient retrouvés pour tourner La piel que habito. Ce second film parachève leur réconciliation cinématographique en fusionnant leurs personnalités. Jamais l’alchimie entre eux n’a été si forte, au point qu’on ne sait plus lequel des deux imite l’autre.

De Pedro Almodóvar

Avec Antonio BanderasPenelope CruzAsier EtxeandiaLeonardo SbaragliaNora NavasCecilia RothSusi SánchezRaul ArevaloPedro CasablancJulián LópezEva MartínJulieta Serrano

Musique de Alberto Iglesias

Scénario de Pedro Almodóvar 

Douleur et gloire: Penélope Cruz, César Vicente, Asier Flores

Douleur et gloire: Penélope Cruz, César Vicente, Asier Flores

« Antonio Banderas et Pedro Almodovar : du désir au double »

Doc. Cinéma, France, 2022, 52 min

À 22h55

Si Hollywood a fait d'Antonio Banderas l'acteur espagnol le plus connu au monde, c'est Pedro Almodóvar qui l'a découvert. Au début, Almodóvar propose à son cadet des rôles ouvertement gay, puis avec le succès de Femmes au bord de la crise de nerfs et d'Attache-moi, Banderas part à Hollywood. Après une longue pause, les deux hommes se retrouvent pour tourner La piel que habito, puis Douleur et gloire.

De Nathalie Labarthe

« Ballerina Boys  : les Ballets Trockadero de Monte Carlo »

Doc. Culture, États-Unis, 2020, 50 min

À 23h50

L'odyssée artistique des Trocks, joyeuse troupe de danseurs travestis née dans le New York des années 1970, qui revisite avec humour et virtuosité le ballet classique.

De Martie BarylickChana Gazit 

Ballerina Boys

Ballerina Boys

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :