Télévision

Publié le par STÉPHANE'S BLOGS

Mort à Venise

Lundi 18 mai 2015 à 20h50 sur ARTE

La fascination obsessive d'un compositeur vieillissant pour un jeune adolescent au visage angélique ... Tirée d'une nouvelle de Thomas Mann, une oeuvre avant-gardiste et envoûtante dans laquelle Luchino Visconti évoque de façon poétique le désir par un subtil "dialogue du regard". Une passion tragique dans une société sur le déclin. Avec Dirk Bogarde et Silvana Mangano. 

 

© Warner Bros

© Warner Bros

Le professeur Gustav von Aschenbach, compositeur, arrive à Venise et s’installe à l’hôtel des Bains, un établissement de luxe fréquenté par la haute société. Fatigué et malade, il berce sa solitude en convoquant ses souvenirs et en observant les clients. Il remarque une famille polonaise et surtout un adolescent aux traits fins qui l’émeut, Tadzio. Désorienté, Aschenbach décide de quitter Venise, mais un incident survenu à la gare le pousse à retourner à son hôtel...

Dialogue de regards

Peu de temps avant la Première Guerre mondiale, Visconti photographie une société sur le déclin. Si les lieux (le palace et la plage) rappellent le Cabourg de Proust, que le cinéaste avait souhaité adapter, il ne s’agit pas que de la nostalgie du temps perdu : ici se rejoignent la crise d’une société et celle d’un artiste déchiré entre l’idéal classique de la beauté et sa réalité physique, incarnée par le jeune Tadzio, “beau comme un dieu grec”, selon les mots de l’écrivain Thomas Mann. La beauté envoûtante du film réside dans ce que Visconti a appelé un “dialogue de regards”, où la caméra glisse de l’un à l’autre. Jeux d’œillades et poursuites dans Venise jusqu’à la mort du compositeur, assis face à la mer et dont le maquillage coule sur le visage fiévreux, tandis que son double idéal, l’objet de sa passion dévorante, indique au ciel un point inatteignable. À jamais séparés, comme la caméra sépare l’image de sa réalité. 

Publié dans Télévision

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :